Accueil Mâles Diabolo du Bouquet d'Epices

Diabolo du Bouquet d'Epices

Identifiant: 250269200194531
Tatouage: /
Date de naissance: 10 Octobre 2008
Décédé / 19 Décembre 2016
Couleur | Type de poil: chocolat | brush coat
Dysplasies: Hanches: A Coudes: 1
Dent(s) manquante(s): 1
LOF 21801/2853

Cela fait 10 mois que Diabolo s'en est allé, et je ne réussi qu'aujourd'hui à lui écrire son petit mot d'au-revoir et à le placer dans la rubrique "en mémoire"...

Diabolo fait partie de la famille des chocos qui a tant marqué ma vie d'éleveuse. Cette fratrie de clones chocolatés, issus de Cannelle et  Cabana. Ma bande de chocapics tous aussi gentils les uns que les autres, qui nous ont emmenés loin sur les rings (bien que je ne sois pas une grande fan d'expos canines) et nous ont fait vivre de sacrés moments intenses !

Mais ça n'est pas du tout pour ce parcours public en expos que Diabolo a laissé une empreinte dans mon coeur, mais bien pour le parcours que nous avons fait au quotidien. Mon petit costaud, avec son allure de gorille tellement il était trapu avec un poitrail large, était impressionnant physiquement, mais pas vraiment dans le caractère. Pas dominant du tout, il s'effaçait derrière certains de la meute, et n'était pas du genre à faire des sauts de cabris pour accueillir les gens. Par contre son regard profond et son ponpon de queue frétillant en disait vraiment long. Je garde gravés à tout jamais, son regard dévoué, démonstratif, débordant d'amour, sa façon bien à lui de se caler pour un câlin, sa façon réservée mais si intense de montrer son attachement inconditionnel.

Et quelle gentillesse, quelle gentillesse ! Je crois qu'il n'y a pas plus gentil que ce chien. Il a partagé son parcours avec bien des mâles, supportant le caractère de caboche de mon V'vazabi-chef-de-meute, et de certains autres caractériels parfois, avec une patience d'ange ! Il vivait dans la grande meute principale, avec d'autres mâles, les femelles et tous les petits dont il a encaissé sans broncher, les mordillages d'oreilles, de pattes, et autres cavalcades.

A 6 ans, il fut diagnostiqué d'un glaucome. Malgré le traitement régulier (les innombrables séances de gouttes dans les yeux plusieurs fois par jour qu'il a acceptées avec sa patience démesurée), il a fini par perdre la vision. Même diminué et bien qu'il avait du mal à prendre ses repères, il n'a pas changé de caractère, quelle force ! Mais quand la maladie a pris de l'ampleur et que je le voyais malheureux, j'ai dû prendre la décision de l'accompagner pour un dernier voyage, à l'âge de 8 ans.

Je savais que c'était mieux pour lui de le soulager, mais j'ai encore la gorge serrée et les larmes aux yeux de ce départ précipité, j'aurais tant aimé réussir à le stabiliser encore plus longtemps, je n'accepte pas que notre histoire s'en soit arrêtée là.

Tu me manques cruellement mon gros doudou, tu me manques ! Je te sais soulagé et bien mieux où tu es, mais il va me falloir encore bien du temps pour accepter ton absence.

En images...